Retour sur le démarche

Une démarche collective

La démarche d’élaboration de l’Agenda québécois de la culture s’est amorcée
le 20 septembre 2010.

Un comité de liaison, formé de 12 leaders de divers secteurs de la société, avait le mandat d’organiser un grand dialogue public et de susciter la participation active de la population à l’énoncé de propositions préliminaires pour l’Agenda 21 de la culture.

Liste des membres du comité de liaison :
  • Simon Brault président-fondateur de Culture Montréal.
    M. Simon Brault est également directeur général de l'École nationale de théâtre, vice-président du Conseil des Arts du Canada. Il est l’homme derrière le grand succès de Rendez-vous novembre 2007. Il voit en l’Agenda 21 de la culture, « l’outil idéal pour réexaminer notre approche, aller sur la place publique et convier les citoyens à s’intéresser à une dimension primordiale de leur vie individuelle et collective ».
  • Françoise Bertrand présidente-directrice de la Fédération des chambres de commerce du Québec
    Mme Françoise Bertrand incarne plus de 30 ans d’expérience à la tête d’importantes organisations. Elle a été la première femme à occuper le poste de présidente du CRTC. Cette femme d’idées bien dans le monde de l’économie, détient aussi une maîtrise en études environnementales de l’Université York. Mme Bertrand croit que l’avenir est dans la convergence entre l’économie, la culture et l’environnement.
  • Christian Paire directeur général du Centre hospitalier de l’Université de Montréal
    M. Paire a été directeur de plusieurs centres hospitaliers en France, puis conseiller auprès des ministres Simone Viel et Philippe Douste-Blazy. Gestionnaire visionnaire, il croit que les bienfaits de l’art sont perceptibles dans tous les domaines, y compris les soins hospitaliers, où la culture contribue à conserver aux institutions leur dimension humaine.
  • Karel Mayrand directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki
    M. Karel Mayrand est directeur pour le Québec de la Fondation David Suzuki et également conférencier bénévole pour le Projet climatique de Al Gore. Il a auparavant participé à la fondation du Centre international Unisféra, un think-tank sur le développement durable, où il a créé le programme de compensation des gaz à effet de serre Planetair. Il a conseillé plusieurs gouvernements et agences des Nations Unies et est régulièrement invité dans les médias afin de commenter des enjeux environnementaux. M. Mayrand est coauteur du Manifeste pour un Québec durable (2007).
  • Michel Côté directeur général du Musée de la civilisation 
    M. Côté revient d’un séjour en France où il a été directeur du Muséum de Lyon et chef de projet du Musée des Confluences à Lyon. Il est le nouveau directeur général d’une grande institution qui a fait beaucoup pour la démocratisation de la culture. Sous sa direction, le Musée de la civilisation continue d’être très proactif dans l’organisation d’activités, d’expositions, de colloques, de publications et d’initiatives faisant la promotion d’une vision globale qui est à la base des démarches authentiques de développement durable.
  • René Derouin artiste multidisciplinaire
    Établi à Val-David, M. Derouin est un artiste multidisciplinaire dont la recherche picturale est largement liée au territoire et à la notion d'américanité. Il est à la tête de la Fondation Derouin qui organise annuellement un symposium international d’art in situ sur le territoire des Laurentides. Lors de l'édition de 2010, intitulée Chemins et tracé, l'artiste a choisi d'ouvrir l'événement par une conférence sur l'Agenda 21, le développement durable et la culture. Fortement engagées, ses œuvres et ses actions sont ancrées dans la communauté. Le projet de revitalisation du centre d'alimentation Dufresne, communément appelé le « Métro vert », est un bon exemple de l'engagement et des préoccupations environnementales de l'artiste.
  • Solange Drouin coprésidente de la Coalition pour la diversité culturelle
    Détentrice d'une licence en droit et membre du Barreau du Québec depuis 1988, Mme Drouin est coprésidente de la Coalition pour la diversité culturelle depuis novembre 2006. En 1992, elle s'est jointe à l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) à titre de conseillère juridique et, depuis 1995, elle y occupe les fonctions de directrice générale. Depuis 1999, elle agit également à titre de vice-présidente aux affaires publiques.
  • Jean Fortin maire de Baie-Saint-Paul
    Coprésident du Réseau Les Arts et la Ville, M. Fortin pratique la gestion municipale quotidienne en ayant la conviction que les villes du futur joueront un rôle primordial dans les orientations sociétales mondiales. Sous sa direction, Baie-Saint-Paul a entrepris une démarche d’Agenda 21 local où la culture occupe une place importante.
  • Véronique Guèvremont professeure et chercheuse,
    Faculté de droit de l’Université Laval.
    Mme Guèvremont a créé le cours Diversité culturelle et développement durable. Elle a été mandatée par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine pour effectuer une recherche sur la dimension culturelle du développement durable et organiser un séminaire international sur ce thème qui se tiendra en octobre prochain à Québec.
  • Gilles Moisan président du comité affaires-culture
    de la Chambre de commerce de Québec
    Expert-comptable ayant reçu de nombreuses distinctions honorifiques, M. Gilles Moisan est président du Comité affaires-culture de la Chambre de commerce de Québec. Ancien directeur général de l’Orchestre symphonique de Québec, il a agi à titre de mentor pour de nombreux présidents d'entreprises de secteurs diversifiés (transport, santé, construction, informatique, vêtement, foresterie, aviation). Touche-à-tout, il a également préparé des plans d’affaires et participé à l’évaluation d’organismes culturels, notamment pour des conseils régionaux de la culture.
  • Louise Sicuro présidente-directrice générale de Culture pour tous.
    Présidente-directrice générale de Culture pour tous, Mme Sicuro dirige avec succès les Journées de la culture, depuis 1996. Elle défend avec ardeur la place de la culture, comme dimension centrale du développement durable, aux côtés de l’environnement, de l’économie et de la justice sociale
  • Amélie Vaillancourt cofondatrice du Forum U40 Amériques.
    Professionnelle à l’emploi de la Coalition pour la diversité culturelle, Mme Vaillancourt a eu l’idée de former un forum de jeunes des trois Amériques. Ce fut la Rencontre U40 Amériques, de mai dernier à Montréal, où 30 jeunes issus de 11 pays ont fait plusieurs propositions pour la diversité culturelle, dont l’une sur l’intégration de la culture dans les politiques de développement durable.

De novembre 2010 à avril 2011, un total de 98 rencontres ont été organisées dans 44 municipalités, auxquelles ont participé plus de 5 000 personnes. En plus du milieu culturel, plusieurs groupes ont été rencontrés dont les forums jeunesse, les milieux économique et municipal et, de manière particulière, les Premières Nations et Inuits.
Voyez quelques images de Cafés culture et développement sur le territoire québécois.

Le 30 mai 2011, un forum national a réuni 220 participants de toutes les régions sur le thème « L’avenir de la culture au Québec, un engagement de tous les secteurs de la société ».
Plus de détails sur le Forum national

De cette période de dialogue public, il se dégage une unanimité dans les secteurs culturels, économiques et sociaux et dans les milieux territoriaux pour souligner le rôle important que doit jouer la culture dans le développement de la société québécoise. Pour les divers intervenants, la culture, en plus de représenter un secteur d’activité économique majeur, est aussi de plus en plus reconnue comme une composante essentielle au développement global du Québec en tant que véhicule de cohésion sociale, élément structurant de la qualité de notre cadre de vie et puissant catalyseur de la créativité qui est un facteur déterminant des nouvelles économies.

Le 5 décembre 2011, l'Agenda 21 de la culture du Québec a été dévoilé. Ce document vient établir les principes et les objectifs pour faire de la culture une composante majeure et essentielle de la société, intégrée aux dimensions sociale, économique et environnementale du développement durable.
Plus de détails sur le dévoilement de l’Agenda 21C